HomeA la uneOpération Barkhane: Les derniers soldats français quittent enfin le Mali

Opération Barkhane: Les derniers soldats français quittent enfin le Mali

Les derniers soldats français encore présents au Mali ont définitivement quitté lundi le pays, après le transfert aux forces maliennes de la base de Gao. Le départ des forces françaises met fin à neuf ans d’opérations militaires dans le pays, avec un résultat mitigé.

Les derniers soldats français de l’opération « Barkhane », présents au Mali depuis neuf ans, ont quitté le pays, a fait savoir, lundi 15 août, l’état-major français dans un communiqué. « Ce jour, les derniers militaires de l’opération “Barkhane”, présents sur le sol malien ont franchi la frontière entre le Mali et le Niger. Ils provenaient de la plate-forme opérationnelle déserte de Gao, désormais transférée aux forces armées maliennes », a souligné l’état-major.

Après neuf ans de présence, « [la force “Barkhane”] s’est réarticulée hors du pays en moins de six mois », a commenté le ministère des armées. « Ce défi militaire logistique majeur a été relevé, en bon ordre et en sécurité, ainsi qu’en totale transparence et en coordination avec l’ensemble des partenaires. » Les Français avaient transféré, ces six derniers mois, toutes leurs emprises à l’armée malienne, dont la dernière, à Gao, au nord du pays, lundi.

Nouveau dispositif militaire dans le Sahel

A l’opération Serval lancée en janvier 2013 contre les groupes djihadistes qui avaient conquis le nord du pays et menaçaient de descendre sur Bamako, la capitale, a succédé en août 2014, Barkhane, visant les djihadistes disséminés dans les pays de la bande sahélo-saharienne. Une opération qui a mobilisé jusqu’à 5.500 hommes sur le terrain en 2020.

Cette présence militaire au Sahel sera divisée par deux d’ici la fin de l’année, à environ 2.500 militaires. Le Niger a accepté le maintien d’une base aérienne à Niamey et l’appui de 250 soldats pour ses opérations militaires à la frontière malienne. Le Tchad continuera à héberger une emprise française à N’Djamena et la France espère conserver un contingent de forces spéciales à Ouagadougou, la capitale burkinabè. Paris discute avec d’autres pays d’Afrique de l’Ouest pour proposer son appui, notamment dans le Golfe de Guinée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular