Home A la une Sénégal : quand un accord sème le désaccord et fait chambouler toute une...

Sénégal : quand un accord sème le désaccord et fait chambouler toute une nation

L’Etat du Sénégal et l’Union européenne ont entrepris des négociations qui pourront sans doute aboutir à la signature d’un accord pour l’exploitation des ressources halieutiques du Sénégal pour une durée de 5 ans. Cet accord qui sera bientôt officialisé, a soulevé des vagues de contestations dans le pays. Un accord de plus qui vient s’ajouter aux nombreux accords signés par l’Etat qui ne reflètent rien du point de vue sociale et économique pour le sénégalais lambda et qui comme d’habitude soulève des contestations. Quel est le problème avec cette équipe gouvernementale ? Pourquoi signer tout le temps des accords provoquant des contestations au sein de la société ? Qu’est-ce que l’UE a donné en contrepartie à l’Etat dans le cadre de cet accord de pêche ?

En réalité, d’aucuns estiment que c’est à cause du manque d’emploi et l’exploitation de nos ressources sous l’impuissance de l’Etat qui a fait que bon nombre de sénégalais, les pécheurs y compris ont abandonné leur pirogue pour entreprendre le « voyage du aller sans retour » sous le concept « barça wala barsakh » à la recherche d’un avenir meilleur. Ces dernières semaines, beaucoup de nos jeunes ont péri dans les eaux de l’atlantique juste pour atteindre l’Europe.

Au moment où tout le pays pleure ses fils qui ont été engloutis par la grande surface d’eau de l’atlantique, l’Etat du Sénégal s’apprête à signer un accord de pêche avec l’Union européenne. Cet accord, selon nos informations, permettra à l’UE d’exploiter les ressources halieutiques et pêché jusqu’à 10.000 tonnes par an soit 50.000 tonnes durant toute la durée de l’accord.

Un magistère plein d’accords non bénéfiques aux yeux des Sénégalais

Depuis quelques années, les accords signés par l’Etat du Sénégal ont maintes fois des répliques dans la société et certains ont fait même l’objet de manifestation pacifique dans les places publiques de la capitale. Et voilà qu’un nouvel accord fait polémique et jusqu’à présent pas de changement vis-à-vis des autorités gouvernementales. C’est comme si le peuple se fait leurrer. A chaque fois qu’il y a un accord ou contrat à signer cela coïncide avec un autre évènement pour attirer l’attention des sénégalais afin de minimiser les sorties médiatiques de la société civile.

Nous savons tous qu’avant la signature d’un accord ou contrat, une étude préalable doit être faite afin de cerner tous les avantages et risques liés à la ratification dudit document et avant tout les intérêts de la nation et l’avenir de la jeunesse. Mais apparemment, cela n’est jamais pris en compte dans les documents si l’on en croit aux réactions des uns et des autres et surtout de la société civile. Cela suscite des interrogations à savoir : quel est le problème avec l’équipe gouvernementale ? Pourquoi signer des documents qui peuvent provoquer des contestations ?

Partenariat gagnant-gagnant

Avec la mondialisation et l’ouverture des frontières pour la libre circulation des biens et des services, chaque pays doit au moins en tirer profit surtout pour les pays pauvres d’essayer de redresser leur économie et occuper une place prépondérante à l’échelle sous-régionale voire même continentale. Ainsi, dans cette perspective de gagner « dignement » à travers les marchés, un partenariat « gagnant-gagnant » est initié par les signataires. Le partenariat entre ces deux entités à savoir l’UE et l’Etat du Sénégal, certes dure depuis des années, mais ne doit pas être un prétexte pour signer un accord qui va nous appauvrir plus que tout autre partenariat. Et à travers cet accord, l’espace maritime du Sénégal se verrai vider se toutes ses richesses halieutiques. Et du côté biologique, les êtres vivants dans cet espace ne seront plus en mesure de se reproduire et le pays va devoir payer les pots cassés et qui sera sans doute une énorme perte.

Un accord à la fois enrichissant et appauvrissant

La signature de cet accord permettra à l’UE d’empocher des milliards d’euros sur le dos du pays estimé à 2,6 millions d’euros par an soit toutes les 10.000 tonnes. Au bout des 5 ans de l’accord, l’UE va encaisser en tout 13 millions d’euros soit plus 8 milliards de nos francs. Du point de vue commercial, le kilogramme est estimé à environ 170F cfa soit 0,25 euro. Et une fois dans les grandes surfaces, le kilogramme sera vendu à plus de 20 euros. L’UE dans un communiqué, a tenté de maquiller cela en avançant que cet accord sera aussi avantageux pour le Sénégal. Et du coup, les sénégalais se posent des questions sur le comment cet accord pourrait leur être bénéfique ?

Où vont les millions du ministère de la pêche ?

Alors que les pécheurs sénégalais pleurent du fait qu’ils n’ont pas de matériels nécessaires pour pratiquer leur activité, le gouvernement permet à d’autres entités de pêcher avec toute la liberté qui va avec. Les pécheurs sénégalais ne réussissent pas à naviguer en eaux profondes car ils disposent de pirogues qui ne le leur permettent pas. Avec un bateau de pêche, c’est bien possible.

Or un bateau thonier coûte environs 10 à 20 millions francs cfa. Même avec 3 bateaux, nous pourrions générer beaucoup de recettes et beaucoup de jeunes sénégalais travailleront à bord de ces bateaux ce qui amoindrira par ricochet le taux de chômage du pays. Ces recettes pourront servir d’investissement dans le secteur maritime et ainsi le moderniser et le hisser au rang des secteurs les plus propulsifs et rentables. Chaque année de plus de 100 millions francs cfa est alloué au ministère de la pêche et de l’économie maritime afin de moderniser le secteur mais rien jusqu’à présent.

 

Most Popular