Home A la une Affaire des 94 milliards: La plénière de l’assemblée nationale devrait elle se...

Affaire des 94 milliards: La plénière de l’assemblée nationale devrait elle se tenir?

L’assemblée nationale a entamé une plénière dont l’ordre du jour porte sur la réforme du règlement intérieur (qui vient d’être adopté) ainsi que sur les travaux de la commission d’enquête parlementaire portant sur une affaire présumée d’un détournement de 94 milliards. Cette partie de la séance se fera à huis clos dès 15h30. La question posée reste la légalité de la suite des travaux au lendemain de l’audition du député Ousmane Sonko par le doyen de juges.

En live sur sa page facebook, le leader du Pastef est revenu sur son face à face avec le doyen des juges. Il confirme les dépôts de plainte contre la commission d’enquête parlementaire mise en place en février et qui devrait présenter ces travaux cet après midi d’une part; et contre l’ancien directeur des domaines Mamour Diallo que Sonko cite dans une affaire de corruption chiffrée à 94 milliards. Cette affaire évoquée depuis 2018 par le député a nourri plusieurs fois les débats à l’assemblée nationale mais aussi dans les média.

L’article 48 du règlement de l’assemblée

Sonko qui confirme la consignation du dossier par le juge évoque la nullité des travaux de l’assemblée nation qui dans l’article 48 de son règlement intérieur stipule que « Si une commission a déjà été créée, sa mission prend fin dès l’ouverture d’une information judiciaire relative aux faits qui ont motivé sa création. »

Cette procédure n’a pas pour autant changé l’agenda des parlementaires. Le président de l’assemblée Moustapha Niasse évoque même cet article pour expliquer la tenue des échanges à huis clos. Le ministre conseiller du président de la république, Moustapha Diakhaté, communique sur la « légalité de la plénière » en rappelant qu’une audition ne suppose pas l’ouverture effective d’une information judiciaire.
L’opposant Ousmane Sonko accuse le régime en place de vouloir instrumentaliser les pouvoirs législatif et judiciaire pour « salir » son casier judiciaire et l’invalider pour les prochaines présidentielles.

Most Popular