HomeA la uneAffaire Nahel: Les avocats de la famille demandent un « dépaysement du...

Affaire Nahel: Les avocats de la famille demandent un « dépaysement du dossier »

Suite à l’ouverture d’une information judiciaire pour homicide volontaire dans l’affaire du décès tragique de Nahel M., les avocats de la famille ont demandé un dépaysement du dossier. Ils soulignent la nécessité d’une enquête impartiale pour faire la lumière sur les possibles complicités et les déclarations mensongères initiales.

La mort tragique de Nahel M., un jeune adolescent de 17 ans, lors d’un contrôle routier par un policier a déclenché une vague de violences urbaines d’une ampleur sans précédent. Les émeutes ont atteint leur paroxysme la nuit dernière, avec des actes de pillage, de vandalisme et d’affrontements avec les forces de l’ordre dans plusieurs quartiers. Face à cette situation explosive, le président Emmanuel Macron a convoqué en urgence une cellule interministérielle de crise afin de trouver des solutions pour rétablir l’ordre et la sécurité dans les zones touchées.

Dans cette affaire, le procureur de la République de Nanterre, Pascal Prache, a annoncé l’ouverture d’une information judiciaire pour homicide volontaire à l’encontre du policier impliqué dans le décès de Nahel M. Une décision qui a été accueillie avec satisfaction par les avocats de la famille de la victime, à savoir Yassine Bouzrou, Jennifer Cambla et Abdelmajid Benamara. Néanmoins, ces derniers déplorent que le procureur ne prenne pas en compte la possible complicité d’homicide volontaire du second policier et les éventuels faux en écritures publiques résultant des déclarations mensongères initiales du tireur.

Les avocats insistent sur la nécessité d’un dépaysement judiciaire de l’affaire afin que des magistrats d’un autre tribunal puissent enquêter de manière objective, indépendante et impartiale. Le dépaysement judiciaire consiste à confier l’affaire à une autre juridiction lorsque des doutes subsistent quant à l’impartialité des magistrats en place. Selon les avocats, cette décision de ne pas ouvrir d’instruction sur toutes les infractions reprochées renforce leur demande de dépaysement.

Elisabeth Borne lance un appel à l’apaisement

Pendant ce temps, la première ministre, Elisabeth Borne, a effectué une visite à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise), l’une des zones touchées par les violences urbaines. Elle a appelé à l’apaisement et a souligné l’importance de laisser la justice faire son travail de manière juste. De son côté, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé un déploiement sécuritaire plus important pour la nuit suivante, avec 40 000 policiers et gendarmes mobilisés, dont 5 000 à Paris.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -

Most Popular