Home A la une Promotion des LGBT: Jamra porte plainte contre la série "Rewolene"

Promotion des LGBT: Jamra porte plainte contre la série « Rewolene »

LE COMITÉ de défense des valeurs morales (CDVM) et l’ONG islamique JAMRA ont été abondamment interpellés cette semaine par de nombreux compatriotes indignés – qui le manifestent toujours d’ailleurs à travers des commentaires acerbes qu’il est loisible à quiconque de consulter sur les réseaux sociaux -, après avoir pris connaissance des «avant-premières» de la nouvelle série télévisée intitulée «Rewolene». Dont les réalisateurs annoncent que la chaîne SenTv devrait en assurer prochainement la diffusion.

LE SCÉNARIO de cette série hors-du-commun se décline sans ambages, à travers des extraits rendus publics par le producteur, comme une œuvre de banalisation de l’idéologie LGBT, chez les jeunes, et de promotion d’autres contre-valeurs, comme la désacralisation de l’autorité parentale, dans la société sénégalaise.

POUR SIMPLIFIER la collecte d’informations et faciliter les recoupements d’usage du CNRA, l’organe de régulation de l’audiovisuel, JAMRA et le CDVM ont fait assortir leur plainte d’extraits des deux premiers épisodes, qui attestent à suffisance de la volonté manifeste des scénaristes de banaliser cette déviance sexuelle qu’est l’homosexualité, fermement bannie par les Textes Sacrés de référence de 98% des croyants de notre pays, musulmans et chrétiens confondus. Et réprimée par l’article 319 du Code pénal sénégalais. Mais les promoteurs de cette nouvelle dérive audiovisuelle, sous prétexte «qu’il ne s’agit que d’une fiction», semblent n’avoir cure des sensibilités qu’ils heurtent violemment. Et poursuivent tranquillement leur entreprise subliminale de banalisation de cette déviance comportementale, avec pour conséquence évidente qu’elle devienne progressivement, dans les frêles esprits de nombreux d’adolescents, une «normalité».

Soucieux de la préservation de la stabilité sociale de notre pays, et face à cette nouvelle dérive audiovisuelle susceptible d’être source de trouble à l’ordre public, JAMRA et le CDVM  ont saisi le CNRA d’une plainte en bonne et due forme.

Most Popular