Home A la une vaccin AstraZeneca: Quand plusieurs pays européens suspendent son utilisation

vaccin AstraZeneca: Quand plusieurs pays européens suspendent son utilisation

Ce jeudi 11 mars, les gouvernements du Danemark, de l’Islande et de la Norvège ont annoncé qu’ils suspendaient, par précaution, l’administration du vaccin anglo-suédois. Des caillots sanguins ont été observés chez des patients vaccinés, mais le lien de cause à effet n’est pas avéré à ce stade.

Faut-il continuer à vacciner contre le Covid-19 avec les doses du laboratoire AstraZeneca ? Sept pays européens ont suspendu l’utilisation du serum d’AstraZeneca dans le cadre de la campagne de vaccination. Cette décision survient après la suspension cette semaine par l’Autriche d’un lot de doses du vaccin d’AstraZeneca afin d’enquêter sur le décès d’une femme à la suite de troubles de la coagulation et d’une maladie due à une embolie pulmonaire.

Les autorités danoises ont expliqué avoir pris cette décision après le décès d’une femme de 60 ans, victime d’un caillot sanguin. Elle avait reçu auparavant une injection à partir du même lot de doses utilisées en Autriche. « Nous devons, avec l’Agence danoise des médicaments, répondre aux signalements de possibles effets secondaires importants, à la fois au Danemark et dans d’autres pays européens », a déclaré dans un communiqué le directeur de l’autorité de santé, Søren Brostrøm. « Il n’est pas possible actuellement de conclure s’il y a ou non un lien. Nous agissons tôt, cela nécessite une enquête approfondie », a ajouté par la suite le ministre danois de la Santé, Magnus Heunicke.

L’autorité danoise de la santé, qui a décidé de suspendre l’utilisation du vaccin pendant 14 jours, n’a pas précisé combien de cas avaient été signalés.

Certains experts estiment qu’il y a peu d’éléments en faveur d’une interdiction du vaccin d’AstraZeneca car le nombre de cas d’apparition de caillots sanguins, à l’origine de thromboses, chez les personnes ayant reçu ce vaccin n’est pas plus élevé proportionnellement que dans la population générale. « Il s’agit d’une mesure d’extrême précaution basée sur des cas isolés en Europe », a déclaré à Reuters Stephen Evans, professeur de pharmaco-épidémiologie à la London School of Hygiene & Tropical Medicine. « Le problème dans les cas signalés spontanés d’effets indésirables en lien avec un vaccin vient de la grande difficulté à distinguer un effet de causalité d’une coïncidence », a-t-il expliqué, ajoutant que le COVID-19 est très fortement associé à la coagulation sanguine.

AstraZeneca a réagi en déclarant que la fiabilité de son vaccin avait été examinée en détail lors d’essais cliniques et que les données examinées par la communauté scientifique avaient confirmé que le vaccin était en général bien toléré. Le groupe pharmaceutique a également rappelé que ses doses de vaccin étaient soumises à des contrôles de qualité rigoureux.

Commentant la décision de Copenhague, l’Agence européenne des médicaments (EMA) a souligné qu’il n’y avait pas de lien établi entre les cas de thrombose signalés et le vaccin, les troubles de la coagulation ne faisant pas partie des effets secondaires reconnus. L’EMA a ajouté avoir recensé à ce stade 30 cas de thrombose sur environ 5 millions de personnes vaccinées avec le vaccin d’AstraZeneca dans l’Espace économique européen. Elle considère toujours que les bénéfices sont supérieurs aux risques.

Most Popular